LE CABARET HORRIFIQUE

« Mention spéciale à la pianiste Marine Thoreau La Salle, qui par son accompagnement unifie toute la palette de styles très divers et aura le dernier mot à la fin du spectacle !"

Emmanuel Dupuy (Diapason)- La Critique France Culture 

"percutante Marine Thoreau La Salle"

Le Curieux des Arts- Gilles Kraemer

"Un jeu de massacre qui prend d’ailleurs pour victime la malheureuse Marine Thoreau La Salle. Elle subit les pires sévices de la part de ses « camarades » mais renaît, plus virtuose encore, avec une constance admirable !"

La Croix- Emmanuelle Giuliani

PETITE BALADE AUX ENFERS

"une merveille de spectacle"

Le Figaro

"sous la direction musicale affûtée et touchante de Marine Thoreau la Salle au piano"

Thibaut Vicq-Opera Online

« Entre humour et poésie, cette «Petite balade aux enfers» est un pur émerveillement pour tous. » 

Carmen Lunsman- RFI

"Chemin du Tartare parsemé de bonnes surprises : celle de découvrir que l’ouverture vive et enlevée, au piano seul par Marine Thoreau La Salle dans une salle remplie d’enfants, ça le fait quand même!"

Guillaume Tion- Libération

ALCHIMIE VOCALI/ ANNI RUGGENTI

PALAZZETTO BRU ZANE

"La pianista Marine Thoreau La Salle si è imposta – qui come altrove – per la chiarezza del tocco e la dimensione diffusamente “sinfonica” della sua lettura"

Roberto Campanella-GbOpera

"Con precisione stilistica e sonorità suadenti li accompagnava la pianista Marine Thoreau La Salle, validissima sostituta dell’orchestra gounodiana" 

Giornale della Musica

"Ad accompagnare questi e i numerosi altri pezzi a due e tre voci c’è Marine Thoreau La Salle. La pianista coglie le peculiarità dei vari generi musicali e le esigenze dei solisti: è calibrata e diligente, sempre con personalità, mai soverchiante o scolastica."

"Li accompagna con spiccata musicalità e attenta preparazione la pianista Marine Thoreau La Salle"

Connessi all'Opera

SOIR (BERCEUSES MAIS PAS QUE...)

"Eugénie Warnier (...) au timbre bien personnel et qui possède quelque chose de mystérieux, vaguement ombré (...) suivie avec souplesse par Marine Thoreau La Salle, au toucher délicatement sensuel"  

Jacques Bonnaure- Classica